Début de la conférence
26/11/2020
Enregistré
Fin de la conférence
26/11/20
Turquie

Résumé de l'intervention

Ce travail se fonde sur les erreurs qui ont lieu lors de la transformation de la voix active en voix passive par les étudiants turcs de français langue étrangère à l’Université Dokuz Eylül en Turquie. Le corpus de recherche est constitué de 50 expressions écrites de l’examen final de la grammaire. Le but de cette étude a pour point de départ de repérer ces erreurs et de comprendre leurs sources. On peut supposer que les différences systémiques entre le français et le turc peuvent devenir sources d’interférence grammaticale quand ces deux langues entrent en contact chez un étudiant. En analysant les phrases produites par ces étudiants, nous identifions les difficultés du type suivant selon la fréquence : a) l’expression du temps dans les phrases au passif b) la structure syntaxique des phrases au passif c) le choix de l’auxiliaire d) la forme de l’auxiliaire et celle de du participe passé e) la possibilité/l’impossibilité de la passivation. Parmi les difficultés rencontrées, certaines résultent de l’interférence linguistique entre le turc et le français, d’autres ne peuvent pas y être associées. Les temps verbaux de la voix passive sont une source de confusion pour les étudiants turcs. Le système verbal de la langue turque est moins varié que celui du français. Nous remarquons que les connaissances de l’emploi du passif en français par certains étudiants sont partielles. C’est pour cela qu’ils ont besoin de plus d’approfondissement dans la langue cible.

Intervenants